samedi 19 janvier 2008

4 critiques

Bonjour!

j'avais quelques critiques à vous présenter, alors en voici 4!

  1. Pascal Bruckner, Mon petit mari, Grasset, 213 pages, 5/5

Mon_petit_mari

Solange, une jeune femme mesurant 1m 80, épouse Léon, un médecin prometteur, mais qui mesure uniquement 1m 66. Léon doit se mettre sur la pointe des pieds pour embrasser son épouse, mais l’amour est plus fort que cette différence et les deux époux étant très amoureux, décident de fonder une famille.

Cependant, dès la naissance du premier enfant, Léon se met à rapetisser. Chaque matin, il perd des centimètres. Le même manège se reproduit au second enfant.

C’est un roman très bien écrit, très bien ficelé. Un texte qu’on ne peut abandonner, nous voulons toujours suivre ce petit mari, voire ce qu’il imaginera pour se tailler une place dans cette famille qui lui semble géante et surtout gagner l’estime et l’amour de son épouse et de ses enfants. Ce texte nous rappelle un peu la crainte ressentie dans la métamorphose de Kafka. Je dirais que c’est un livre qui nous laisse une très forte impression.

  1. Lise Tremblay, La sœur de Judith, Boréal, 167 pages, 2/5

soeur_judith

L’auteure nous propose une incursion dans la vie d’une jeune fille issue de la révolution tranquille. Cette dernière terminée, le Québec est en effervescence et de nouvelles valeurs font leur apparition, ce qui vient tourmenter la vie des québécois.

Nous rencontrons Claire, une jeune fille dont un accident brise la vie et les rêves et sa sœur Judith qui est la meilleure amie de la narratrice.

J’ai eu beaucoup de difficulté à me laisser entraîner par le récit de Lise Tremblay. L’auteure écrit un peu comme si elle tenait un monologue, elle se laisse entraîner dans un flot d’idées et de digressions. Tout au long de ma lecture j’avais un peu l’impression de perdre mon temps parce que nous n’assistons pas vraiment à une histoire ayant un commencement et une fin, c’est davantage un moment volé dans la vie des personnages. Bref j’ai été déçue.

7. Régis de Sa Moreira, Zéros tués, livre de poche, 184 pages 4/5

zero_tu_s

Alors que Joseph, enfin son âme, rencontre Dieu et que celui-ci lui explique sa vision du suicide, Clara observe le corps de son époux, pendant au bout d’une corde. Elle songe à cette corde, à la manière dont son époux a pu se la procurer et une question lui monte à la gorge : « pourquoi ne m’as-tu pas attendue? » Le passé lui revient ainsi que leur séparation d’il y a plusieurs années et la torpeur dans laquelle a vécu Joseph à cette époque.

C’est un roman un peu étrange, une atmosphère différente de ce qu’on rencontre habituellement. Seulement la discussion de Joseph et de Dieu nous entraîne rapidement dans une considération sur la vie non conventionnelle.

C’est un bon petit livre et l’auteur a su s’arrêter au bon moment, davantage de pages auraient pu lasser le lecteur.

  1. Mazarine Pingeot, Le cimetière des poupées, Julliard, 5/5

pingeot

Du fond de son cachot, une femme confesse à son époux ce qui l’a conduite à l’irréparable. Elle lui raconte comment dans son enfance sa mère la considérait comme un monstre d’égoïsme. Elle dévoile aussi comment dans leur mariage, il a su la modeler, comment elle aurait voulu lui plaire tandis qu’il lui reprochait son égocentrisme.

Par le récit nous assistons à la descente aux enfers d’une femme, d’une mère qui au fond ne voulait que se protéger, et aimer son époux et ses enfants.

C’est un texte d’une extrême rigueur, d’une qualité supérieure à bien d’autres livres. Mazarine Pingeot a la plume bien aiguisée et elle maîtrise aussi bien la langue française que ses personnages. Les sentiments sont intenses et d’une limpidité, même l’horreur nous apparaît avec pureté.

J’adore cette auteure que j’ai découvert dans son autobiographie « Bouche cousue » et je me promets bien de lire tous ses autres livres.

bisousssss¸

Dytal

Posté par dytal à 13:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur 4 critiques

    Le Bruckner a l'air vraiment étrange et tu as piqué ma curiosité !

    Posté par Joelle, jeudi 24 janvier 2008 à 10:11 | | Répondre
Nouveau commentaire